Art contemporain Contemporary art Guadeloupe L'Artocarpe

L'Artocarpe's founder, Joëlle Ferly, has been collaborating with the weekly newspaper Le Courrier de Guadeloupe, on articles on art and culture. A selection of original texts is presented here (in French)...


Les peintures de Samuel Gélas font un gros plan sur notre animalité…
 
LoL! Serions-nous tentés de dire en partageant les œuvres de la série Mythologies Modernes, de Samuel Gelas, jeune artiste Guadeloupéen, dont l’exposition se tient jusqu’au 29 juillet 2017, à Morne-à-L’Eau, à l’atelier Joël Nankin.


Laughing out loud! (LoL!) est souvent la traduction retenue par certains américains pour décrire ces rires convulsifs que pourraient nous inspirer ces têtes de buffles, gueules de rats, faces de bulldogs, grands airs de cerfs, mines de chattes, rires de jaguar, élans de béliers, cœur de lion… devant lesquels sans nul doute, on aurait envie de se prendre en selfy.
 
Derrière ces toiles exécutées de main de maître, Gélas, le réservé, le humble, nous révèle une splendide technique juxtaposant soigneusement des aplats de couleurs et de traits de mine noire, pour décliner ce bestiaire ô combien familier!
 
Chacun y reconnaitra cette tante pachyderme, pleine de cellulite; ce père émasculé par le système prêt à taper du poing; cette voisine délibérément tombée enceinte pour toucher les alloc’; cette génération perdue qui glandent dans nos rues, ces caïds qui prennent des chiens pour nouvelle arme; ces fonctionnaires qui se croient (toujours) supérieurs; ces gamines aux mini-jupes ras-la-foufoune qui gloussent comme des souris; cet ado sur son cabri (volé!) à quelques heures de son entrée au cimetière; ce junkie largué qui ne reconnait ni père ni mère… Bref notre chère société est dépeinte ici avec brio, nous qui braillons comme des “macaques”, sommes bêtes comme Kompè Lapen mais surtout démunis face à notre impuissance.
Mais à travers ce miroir, l’artiste semble nous convier à songer sérieusement à entamer le pas vers un changement radical, en commençant par notre propre révolution humaine. Alors, sans doute, pourrions-nous lire en ce LoL! ce que beaucoup y mettent en d’autres lieux de la planète: Lot of Love. Ce dont a urgemment besoin notre société pour ne pas virer au sarcasme…


Article publié dans le Courrier de Guadeloupe - 2017
 
 

edp_gelas_2017_pcvv.pdf eDP Gelas 2017 pcvv.pdf  (112.03 Ko)

Mise à jour par L'Artocarpe TEAM le Lundi 14 Août 2017 à 05:03

Deux artistes de L’Artocarpe visitent la biennale de Venise afin d’être en phase avec le monde de l’art contemporain. / Two artists from L'Artocarpe went to visit the prestigious biennale so as to be in touch with the contemporary art practices of the world.


Visit of the Biennale, Venice, Italy
Visit of the Biennale, Venice, Italy
Please download English Translation at the end

L’Artocarpe est actuellement à Venise, pour la fin de la prestigieuse Biennale d’art contemporain qui fête sa 56ème édition.
Créée en 1895, cette manifestation est la plus respectée des professionnels de l’art qui viennent de loin participer au lancement de chaque édition, au printemps.
C’est ici que sont représentés, depuis 1907, les pays participants, à travers une sélection d’artistes qui ont la lourde responsabilité d’incarner, pour un temps, l’image de leur nation au sein des célèbres pavillons.
Un artiste par pays est généralement retenu, mais le choix d’œuvres de collectifs ou d’une sélection d’artistes est également possible au sein du pavillon national, qui les sponsorise.
Mais le point phare de la manifestation, reste cependant la proposition du commissaire invité, qui présente des artistes de son choix.
 
Cette édition, qui a ouvert ses portes en Mai 2015, s’achève fin Novembre 2015 après six mois de planification.
Mise à jour par L'Artocarpe TEAM le Jeudi 12 Novembre 2015 à 21:19

A Poetics of Relation: Caribbean Women Writing at the Millennium fosters a dialogue across
islands and languages between established and lesser-known authors, bringing together
archipelagic and diasporic voices from the Francophone and Hispanic Antilles. This study
underscores the socio-cultural impact of emigration and the perpetual self-redefinition that results
from this phenomenon. Without denying the enduring impact of former colonial divisions or
minimizing the specificities to each bloc in the region, Ferly shows that a comparative analysis of
female narratives is often most pertinent across linguistic zones.


Book by Odile Ferly, professor at Clark University, Providence, USA
Book by Odile Ferly, professor at Clark University, Providence, USA
A Poetics of Relation
Caribbean Women Writing at the Millennium
Odile Ferly


“Combining a comprehensive overview of foundational theories and questions with insightful close readings, Ferly offers a new
direction for scholars and students of women’s writing in the Caribbean.”—Sally Barbour, professor of Romance Languages, Wake
Forest University
“Ferly’s innovative dialogue across race, ethnicity, islands, languages, and oceans, challenges colonial inheritances by engaging
polyphonic Francophone, and Hispanophone Caribbean female narratives in a profusion of creative networks summoning the
continually shifting matrix of the mangrove.”—Catherine Reinhardt, Chapman University
“A solid contribution to studies on contemporary women’s writings from the French and Spanish Caribbean rooted in the
ecologically-minded and innovative paradigm of the mangrove.”--Dawn Duke, chair of Africana Studies and associate professor of
Spanish and Portuguese, University of Tennessee
 
Mise à jour par L'Artocarpe TEAM le Mardi 22 Septembre 2015 à 20:54

L'Artocarpe is ending a long and very busy season off site, with many members making it to the top level of the contemporary art scene and art opportunities...


A visit to Harlem and to The Studio Museum
A visit to Harlem and to The Studio Museum
L'Artocarpe has never been so active!
Members have gathered together to offer a team effort to one of our fellow in need to perform well...
Whether at the Clement Foundation in Martinique (April 2015) with Sebastien Mehal pairing up with Joëlle Ferly who took over the theoretical side of the member's first solo exhibition in Martinique, though his native island; or in Cuba, where several members took part in Henri Tauliaut's superb presentation of his installation right in the heart of the Biennale of Havana (May 2015); or again in the US, where two members, Annabel Guérédrat and Kelly Sinnapah Mary were opening on the same night (june 2015), respectively in Miami and in New York... All those new opportunities are just a sample of what is more to come! Members are not only reaching out of the islands of Guadeloupe and Martinique, but are going very far indeed... China is next on the card, for another member yet to announce his victory in securing a top-range residency...

 
Mise à jour par L'Artocarpe TEAM le Mercredi 15 Juillet 2015 à 20:03

Guadeloupe 1ère lance ARTLOOK, une nouvelle émission culturelle avec Lise Dolmar. Pour sa première édition télévisée, le choix s'est porté sur Joëlle Ferly, artiste et fondatrice de L'Artocarpe. Une ouverture, qui n'est pas la première...


Guadeloupe 1ère is launching its first edition of a new TV art programme: ARTLOOK. To kick off in style, the choice has been made to ask Joëlle Ferly, artist and founder of L'Artocarpe, to open up the floor... A fact which seems to repeat itself again and again...


Guadeloupe 1ère s'invite à L'Artocarpe! Un partenaire de taille, que nous remercions.
Guadeloupe 1ère s'invite à L'Artocarpe! Un partenaire de taille, que nous remercions.
Florence Poirier NKPA et Fabienne Viala, en résidence à L'Artocarpe lors du tournage, sont également présentes au sein du documentaire autour de l'artiste Joëlle Ferly
 
Les diffusions de Guadeloupe 1ère sont prévues les:
  • Samedi 11 Octobre à 18h40 (1ère)
  • Dimanche 12 Octobre à 12h45 (rediffusion)
  • Vendrei 16 Octobre à 23h00 (rediffusion)
Mise à jour par L'Artocarpe TEAM le Jeudi 9 Octobre 2014 à 16:17

A l’absurdité de nos sociétés, à la mondialisation qui nous mène, à notre impossibilité de retrouver l’harmonie avec notre environnement, nous répondons: CARNAVAL!
English text enclosed at the end.


Le Carnaval : une performance sans manifeste / Carnival: a performance without manifesto?
....Si l’usage du corps est ce qui définit, en art contemporain, la performance, alors la procession carnavalesque que nous connaissons sous nos latitudes, relève bien  de cette nouvelle forme d’expression que l’art moderne nous a léguée.
 
Qu’il soit nu, vêtu, peint, poudré, recouvert de boue, de cendres ou autre, le corps devient pour le performeur, son matériau premier de travail....


de Joëlle Ferly
Télécharger le texte complet / Download complet text (in French)

carnaval_by_jo_ferly.pdf Carnaval by Jo Ferly.pdf  (434.41 Ko)

Mise à jour par The Team le Samedi 1 Mars 2014 à 05:33

L'Artocarpe félicite Sophie Ravion d'ingianni qui a soutenu avec succès sa thèse de doctorat et nous offre une introduction. Son sujet: Les pratiques de l’installation dans l’espace des grandes antilles : etude de cas. une esthetique du métissage
We are proud to announce that Sophie Ravion d'ingianni's PhD thesis, successfully obtained is to offer an introduction exclusively for us.
Installation practices in the space of the greater antilles: case study. an aesthetic of metissage


Oeuvre de Florence Poirier NKPA, membre de L'Artocarpe
Oeuvre de Florence Poirier NKPA, membre de L'Artocarpe
(English translation at the end)
L’élaboration de cette recherche s’est caractérisée suite à un intérêt porté à l’installation dans l’espace des Grandes Antilles. Nous avons voulu présenter les conditions d’insularité des cinq îles auxquelles nous nous sommes intéressés. Ainsi dans une première partie nous avons réalisé une approche en montrant et situant dans un contexte géopolitique un ensemble de phénomènes humains et culturels, passés et actuels, qui composent une surface de réflexion où sont absorbées les œuvres. Puis nous nous sommes intéressés aux pratiques de l’installation de plus de vingt artistes des zones concernées en montrant en quoi leur travail relève d’une esthétique du métissage.
Mise à jour par L'Artocarpe le Samedi 30 Mars 2013 à 21:49

Mon propos, en publiant des articles, est double. Il est, d’une part, de contribuer à l’émergence d’une critique d’art qui a longtemps fait défaut et qui se doit d’accompagner le travail des plasticiens pour les révéler à un public qu’il convient par ailleurs d’éclairer. Il est aussi de rendre compte de l’actualité artistique en Guadeloupe, en particulier dans le domaine de l’art contemporain. Et de situer cette activité en lui offrant des ouvertures littéraires. Dans une mise en relation relevant de la « rencontre », telle que la concevait GLISSANT.


Scarlett Jésus. Photo: Hélène Valenzuela
Scarlett Jésus. Photo: Hélène Valenzuela
(Sorry no English Translation!)

Totalement indépendant, mon travail d’écriture ne vise ni à l’exhaustivité ni à l’objectivité. Elle découle de choix librement assumés. Celui de parler ou non d’un artiste au travers d’un événement en est un. Celui d’afficher ouvertement ma subjectivité, en dévoilant la nature même de l’émotion éprouvée devant telle œuvre, en est une autre. Celui aussi, propre au genre littéraire qu’est l’essai, de laisser ma pensée vagabonder librement « par sauts et gambades », pour reprendre des termes employés par MONTAIGNE.
Mise à jour par L'Artocarpe le Lundi 24 Décembre 2012 à 17:00

(Sorry no translation)
Une jeune association, HMF (head made factory), a fait le pari de lier tourisme et art. Pour ennoblir le développement d’un touriste XL à grande échelle mais frôlant parfois le X. Il s’agit de proposer un tourisme différent qui, tout en cherchant à développer l’économie locale, a prévu de mettre en valeur le potentiel créatif de sa population. Un potentiel riche de rencontres multiculturelles. Le projet offrira à la jeunesse l’opportunité d’une revalorisation de l’image de soi trop souvent dégradée.


by Franck FOURNES
by Franck FOURNES
Ainsi cette première manifestation, qui avait lieu au Centre culturel de Grand Case les 23 et 24 novembre derniers, s’inscrivait dans la perspective d’un choc tellurique destiné à bouleverser l’île : l’annonce d’une biennale d’art d’ici deux ans. Ni plus ni moins. « Yes ! We can !».

Parallèlement à des tables rondes réunissant des universitaires (Richard CONTE et Bernard DARRAS) et des professionnels de l’art caribéen (Régine CUZIN et Fabienne POURTEIN), une exposition a révélé le travail de onze jeunes plasticiens s’adonnant à l’art contemporain. Onze artistes issus d’horizons les plus divers, à l’image de la population saint-martinoise. La contrainte qui leur était imposée était de créer des œuvres originales répondant à la question « Hey you ! what do you see ? ». Difficile, dans une opération s’affichant comme une « Invitation au voyage », d’évoquer l’envers d’un décor où tout ne serait pas « qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté ».
Quel miroir de l’île ces onze artistes nous ont-ils proposé, à travers les œuvres exposées ?

La critique d'art jour un rôle important dans l'accompagnement de l'artiste et de la promotion de son art. Scarlett Jésus se lance dans la critique d'art et nous livre ses textes!
Art critic plays a great role in promoting artists. Let's meet Scarlett Jésus through her many publications...(sorry all texts are in French only)


Scarlett Jesus en conférence avec Dominique Berthet et Joëlle Ferly- 2011
Scarlett Jesus en conférence avec Dominique Berthet et Joëlle Ferly- 2011
Télécharger les contacts et bibliographie de Scarlett Jésus

Merci de noter que les artistes choisis par la critique d'art ne sont pas tous membres de L'Artocarpe

scarlett_jesus_biblio.pdf Scarlett jesus Biblio.pdf  (93.5 Ko)

Mise à jour par L'Artocarpe le Mardi 24 Avril 2012 à 01:11
1 2